Avoir le cœur brisé est peut-être la meilleure chose qui soit jamais arrivée à votre pratique artistique

coeur_brise

Vous vous souvenez, pour ceux qui l’ont vu, de la fin du film Dogville de Lars Von Trier ? Et bien, je me sentais exactement comme le personnage de Nicole Kidman sur la fin du film par rapport à mon ex qui m’a brisé le cœur en mille morceaux (j’espère que ce ne sera pas considéré comme une menace, svp, c’est une métaphore). 

Avoir le cœur brisé c’est une des pires choses qui soit. Pire que ça je dirais c’est la mort d’un proche. Enfin, c’est équivalent. J’ai connu les deux. La souffrance que ça engendre dure dure et ne semble jamais s’arrêter. 

Je ne suis pas de nature très généreuse il faut croire, je trouve plus facile de pardonner à un mort qu’à un être vivant. Bien sûr, tous les cas sont différents et certaines choses sont plus difficiles à pardonner que d’autres. Mais la, vraiment, je ne souhaite pas son bonheur. Et je ne suis pas sûre que ça arrive un jour. 

Comme chantent « The Pierces », un de mes groupes préférés, « All that I want is for you to come to ruin ». Sérieusement. 

C’est la ou je veux en venir, pas au pardon, ni à la ruine, mais à la chanson justement. Enfin, l’événement qui a inspiré sans doute cette chanson, et un tas d’autres, et aussi des poèmes, des romans, des œuvres d’art en tout genre. La souffrance c’est un point de départ. 

On a l’impression que c’est la fin du monde et ça l’est quelque part. C’est la fin d’un monde. La personne abandonnée n’est plus ce qu’elle était. C’était le cas pour moi. Toute notre existence et notre vision des choses est retournée sens dessus dessous. Il faut se réinventer et c’est la je crois que l’art est ce qu’il faut. 

L’art permet de s’exprimer puisque, un beau jour, nos proches en ont marre de nous écouter. Et nous les aimons trop pour leur infliger ça. L’art ne nous jugera pas, n’en aura pas marre et nous comprendra. Il nous permet de nous raconter de façon qu’on veut, de s’inventer un personnage, d’être brutalement honnête ou pas, de recomposer l’histoire autant de fois qu’il faut pour lui donner un sens. À travers l’art, on peut donner libre cours à ses émotions. dogville_heartbreak

C’est triste de le dire mais avoir le cœur brisé est une source inépuisable d’inspiration. 

La pratique artistique permet de remplir le vide énorme qui se crée autour de nous et en nous. Ces trois semaines de vacances que j’ai prises cette été? Le bonheur ! Dessin, calligraphie, design, de nouveaux horizons se sont ouverts à moi. Ça aurait pu être une catastrophe, j’aurais pu me sentir seule et abandonnée. Ce n’est pas arrivé parce que ma tête était remplie d’idées et j’étais trop souvent dans le flow pour me sentir malheureuse. Oui, l’art est une thérapie. 

Je suis très inspirée par Lisa Congdon, artiste-peintre et illustratrice américaine qui a commencé à peindre à l’âge de 31 ans. Dans ses interviews et sur son blog elle explique qu’elle a commencé à créer de l’art suite à une terrible rupture amoureuse. Petit à petit l’art l’a tiré de ce trou noir où elle s’est retrouvée. Toute sa vie en a été changée. Je pense ne pas exagérer en disant que l’art l’a sauvée. 

Il y a toute sorte d’activités qui semblent nous plonger dans cet état de bien-être et de concentration ou le temps semble s’arrêter et ou rien ne manque. Le dessin en est un. D’après Betty Edwards, auteur de Dessiner grâce au cerveau droit, qui semble avoir fait pas mal de recherches dans la littérature scientifique ceci est dû au fait d’activer son cerveau droit lors de la pratique artistique. Il est complètement insensible à la notion du temps. (Et si vous voulez savoir ce que ça fait dans le cas extrême d’activer son cerveau droit, Jill Bolte Taylor le raconte très bien). 

L’art nous rend plus fort et plus indépendant. Voltaire disait qu’il fallait cultiver son jardin. La pratique artistique est votre jardin secret. Elle procure un sentiment d’autonomie et de plénitude qui fait qu’on se rend compte qu’on n’a besoin de personne pour être heureux, que nous avons toutes les ressources en nous. On peut se tourner vers l’art pour le réconfort, le soutien, la joie. On peut le partager ou le garder pour soi. Il nous apportera toujours une sérénité qui illuminera tous les autres aspects de notre vie. 

Cela dit, je n’encourage personne d’avoir le cœur brisé.  Mais si ça vous est arrivé, c’est peut-être l’occasion de faire entrer de l’art dans votre vie, ou de trouver une nouvelle inspiration pour votre pratique artistique. Je suis fascinée par l’écriture de Heidi Priebe qui raconte avec tellement de justesse et d’émotion sa rupture amoureuse dans ses articles, son livre et ses poèmes. 

Alors, il est temps d’attraper ce pinceau, ce stylo, cette guitare enfin, et créer qqch. Pas la peine de sécher vos larmes. Préparer les mouchoirs aussi, on ne sait jamais. C’est entre vous et votre art. Et il vous le rendra bien. Je promets. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s