Ce que l’art nous apprend sur nous

ce_que_lart_nous_apprend

Je soutiens à fond l’idée que la pratique artistique est un moyen de développement personnel. Grâce à l’art, on évolue, on se remet en question et on se réconcilie avec soi-même.

Depuis que je fais de l’art presque tous les jours, je me rends compte que j’ai changé et ma vie a changé. Je me sens plus complète et plus autonome, prête à affronter le monde. Je sens que rien ne manque. Quand je me promène au milieu de la foule, je sens que j’ai un secret au fond de moi, que j’ai trouvé la recette d’une vie pleine et heureuse, et ce secret est la pratique artistique.

Ça marche pour moi et ça marche sans doute pour toutes les personnes créatives. Certains disent que l’art les a sauvés, d’autres même qu’il seraient mort sans l’art. Je vois très bien ce qu’ils veulent dire. Pour certains l’art est une thérapie, et sans aller aussi loin, je me rends compte que j’ai déjà appris beaucoup et que je ne suis qu’au début.

Voici, d’après moi, ce que l’art nous apprend sur nous :

1. L’art nous apprend le courage. Il nous permet de savoir à quel point on est courageux et ce que le courage veut dire. Pour moi, ce n’est pas seulement le fait de montrer son travail aux autres, même si ça demande beaucoup de courage en effet. C’est aussi avoir le courage de créer, tout simplement. Surmonter la peur de l’échec, la peur du succès, surmonter le doute et le faire.

J’ai découvert que le vrai courage ce n’est pas de l’audace, même s’il en faut aussi, et même beaucoup. Le vrai courage est d’avoir peur, le reconnaître et avancer quand même. Chaque fois qu’on se met à créer on fait preuve de courage. Et je pense qu’un artiste en a besoin toute sa vie. Ce n’est pas parce qu’on est courageux tous les jours qu’on a renforcé notre muscle du courage. C’est un combat permanent.

2. L’art nous apprend à passer à l’action. Je me suis rendue compte qu’il y a un fossé entre penser et faire. Paraît évident! Pour moi, c’est comme si le monde se divisait en ceux qui font et ceux qui veulent faire.

On est tous pleins de bonnes intentions. On fera un tas de choses grandioses, bientôt, quand on aura le temps et que les conditions seront favorables. En attendant, je vais m’imaginer en train de créer et ce sera comme si je créais.

Non, ça ne marche pas comme ça! Tous ce qu’on peut imaginer n’a rien à voir avec ce qui se passe réellement. Si on a cette envie de créer, il faut se lancer, sans filet. On verra en cours de route comment on fait mais surtout, surtout, ne jamais s’arrêter pour réfléchir trop longtemps.

Je sais, c’est difficile, je suis moi-même la reine de la procrastination artistique et de la planification à long terme. Mais là il faut faire d’abord et réfléchir ensuite, aussi paradoxal que ça puisse paraître.

3. L’art nous apprend à être indulgent. Que celui qui n’a jamais critiqué le travail des autres me jette la première pierre. Nous adorons juger, donner notre avis et souvent, trop souvent, nous sommes les premières victimes de notre propre sévérité.

Mais on ne peut pas faire de l’art sans être indulgent envers soi-même et les autres. Je pense que ça se passe automatiquement. On commence à faire de l’art et on s’aperçoit que le résultat est très loin de toutes ces belles images que nous avions en tête. Et là c’est la découverte : oh, en fait, c’est plus dur que je croyais!

On se console en se disant qu’on débute et que c’est normal. On espère que celui qui verra notre travail sera indulgent. Et on se dit que plus jamais on ne critiquera le travail de quelqu’un parce que maintenant, on sait ce que ça coûte de créer.

4. L’art nous apprend la persévérance. Pour quelqu’un d’aussi impatient que moi, la persévérance est un Graal. Je suis une mauvaise perdante et ma façon préférée de faire face à l’échec est de fondre en larmes. Mais j’ai compris que si je voulais faire de l’art, je devais apprendre la persévérance.

Il paraît qu’il faut dix mille heures pour maîtriser son sujet. Avec toute la bonne volonté, il me faudra des années! Je pense que je devrais me le tatouer quelque part pour ne jamais l’oublier (bon, je vais plutôt l’accrocher au mur en fait).

Être artiste ressemble à un travail de fourmi, un trait de crayon après l’autre, on avance, et c’est une des grandes leçons de ma vie.

5. L’art nous apprend la vulnérabilité. On sait qu’on est tous vulnérables. Et nous n’aimons pas ça. Et on l’est encore plus quand on est artiste et qu’on veut exprimer quelque chose avec notre art. Et on n’arrivera pas à le faire sans être vulnérable car on puise dans nos émotions et notre vécu.

C’est quand on est vulnérables qu’on est les plus authentiques et les plus honnêtes, avec les autres et avec soi-même. Il y a sans doute de différentes façons de créer de l’art mais dans mon idée on ne peut pas faire de l’art sans ouvrir son cœur.

6. L’art nous apprend à écouter (et à ne pas écouter). Dans son livre Écriture, Stephen King dit qu’il faut d’abord écrire la porte fermée et ensuite la porte ouverte. Je pense que quand on crée de l’art, on le fait d’abord pour soi, et si on choisit de le montrer, il faut apprendre à faire la part des choses dans la critique qu’on va recevoir.

Il y a de bons et de mauvais conseils. Il faut être prudent avec ça. Ça dépend de qui ça vient et de la façon dont les choses sont exprimées. Il y a sans doute toujours quelque chose à apprendre d’une critique mais il ne faut jamais oublier pourquoi on fait de l’art. Personne ne le sait mieux que nous. Si ce qu’on fait est sincère, on n’a rien à se reprocher. Notre seul but est de continuer.

7. L’art nous apprend à lâcher prise. Les choses ne se passent jamais comme prévu. Si on est du genre à vouloir tout maîtriser, on est mal barrés. Il vaut mieux accepter cette réalité et ne pas fonder trop d’espoirs sur quelque chose qui n’existe pas encore. Ça évite la déception et le découragement.

Il faut juste savourer le moment, créer, être dans le flow. Ce n’est pas le résultat qui compte. On peut même se laisser prendre au jeu et s’attendre à être surpris par le résultat. C’est comme ouvrir un cadeau! Et le vrai cadeau qu’on reçoit est cette sensation de chaleur douce au fond du cœur parce qu’on est un artiste.

 

Je suis persuadée que l’art nous apprend bien plus de choses encore, et toutes ces qualités sont bien sûr utiles non seulement pour créer de l’art, mais aussi dans la vie de tous les jours. Je me suis arrêtée au chiffre symbolique de sept et je reviendrai sans doute bientôt avec une nouvelle liste de choses que l’art nous apprend sur nous.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s